Sélectionner une page

Osmoz 3D est née !

Durant mes années en école d’ingénierie généraliste j’ai été amené à travailler sur plusieurs projets (scolaires et autres) qui avaient tous un point commun : aider une personne avec une idée géniale à ce que ça devienne réel. Une véritable osmose s’installait et c’est comme ça qu’a germé mon objectif professionnel : créer une entreprise d’ingénierie généraliste pour aider des professionnels en devenir ou des petites structures qui n’ont pas de quoi s’offrir un laboratoire de R&D à se lancer ! Et ça s’appellerait “Osmoz Engineering”.

osmose, nom féminin, (grec ôsmos, impulsion) :

Influence réciproque, interpénétration.

Larousse.fr

Quelques années se sont écoulées et j’ai commencé à développer un atelier dans lequel s’est naturellement installée une petite ferme d’imprimantes 3D (des Ultimakers 2+ à l’époque !). J’ai tourné bien 2 000h sur chaque machine avec tout d’origine avant d’avoir mes premiers problèmes.

Un peu de bricolage et de réflexion puis tout rentre dans l’ordre (Bondtech, Tinkergnome, quelques réglages précis, Simplify3D, etc…). Tout sauf un point qui devient gênant : la consommation et la fiabilité des buses. Les buses officielles sont chères et se bouchent très vite, donc j’ai acheté 50 buses chinoises à très bas prix. Elles sont 10 fois moins chères, se bouchent 10 fois plus vite et en plus le diamètre 0.4mm c’est quand ça veut bien.

Je me retrouve donc avec un retard considérable sur ma production et pas mal de cheveux en moins pour un sujet qui me paraît tellement bête. Mais comment espérer imprimer avec fiabilité des pièces précises à la chaîne sans buse ? Après quelques tests je tombe sur les buses 3D Solex et je ne l’ai encore jamais changée. Quitte à commander une buse j’ai changé le bloc de chauffe et quelques éléments d’usure et 2 000h après c’est toujours impeccable. Le parfait combo UM2+ / 3D Solex / Colorfabb economy PLA. Maintenant j’ai une vraie ferme avec un vrai taux de réussite d’impressions de 97.3% (et les 2.7% c’est principalement parce que je n’attends pas en décollant ma pièce) et un temps de maintenance minimal.

Le gros souci de 3D Solex est que c’est hors EU et qu’il faut payer douanes, frais de ports importants et autres. Toutes les personnes à qui j’ai vendu mes imprimantes 3D et avec qui j’ai discuté étaient emballées à l’idée de ces buses et à la vue du résultat. Alors me voilà lancé tout simplement.

Maintenant je peux diffuser ce matériel de qualité en EU et en France. Un projet qui permet de financer l’atelier Osmoz Engineering et qui est extrêmement instructif !

La première pierre d’un atelier d’ingénierie généraliste pour aider les idées géniales à voir le jour est posée.

Et ce blog est là pour montrer qu’Osmoz 3D est bien vivante, pleine de projets et convaincue par les produits de 3D Solex.

J’espère que vous vous y plairez ! En attendant, merci de votre lecture et à bientôt.